Merci à tous ceux qui nous ont souhaité joyeux anniversaire

Bonheur, bonheur, bonheur, nous nous vautrons dans le bonheur, nous nous gavons de bonheur, nous nageons nus dans un océan de bonheur.

Aujourd’hui, nous avons trois ans.

En mai 2015 nous avons endossé la tenue, enfilé la casquette jusqu’aux oreilles et glissé les chaussures dans les cale-pieds avant de nous élancer, à fond les pédales, la tête dans le guidon bravant pluie, vent et autres éléments. Nous avons créé une agence sans client, sans demander l’aide de personne et surtout pas d’un groupe de communication. Allez hop, c’est parti mon kiki !

Trois ans après, nous sommes heureux.  Nous jouissons chaque jour de notre liberté totale. Cette liberté qui consiste à travailler comme on l’entend, en accordant nos actes à nos valeurs. Finis les cas de conscience, l’impression de ne pas servir les clients comme ils le méritent et de leur raconter des bobards pour servir des intérêts qui nous dépassent.

Finis les chefs, les patrons et finies les structures, la subordination. Basta le reporting. Toutes ces choses dont on peut douter qu’elles aient un sens dans nos métiers de la communication et surtout de la création. Vive les organisations horizontales, le collaboratif, l’indépendance qui créent les conditions d’un travail plus sain, plus équilibré, plus responsabilisé. Un travail de meilleure qualité.

Vive le vélo.

Partager

autres articles

Internet ; l’avis ou la vie ?

Il y a quelques semaines dans un article du Monde signé de Luc Vinogradoff, nous apprenions qu’un tiers au moins des avis sur le net étaient faux ou truqués et qu’ils s’apparentent du coup, à des réelles « fake news ».  Les avis, ce sont ces évaluations, ces commentaires, ces petits mots qu’on laisse sur un produit, un service ou une personne. Une sorte de livre d’or. D’après l’article, ces avis seraient souvent falsifiés.

Lire la suite si tu as le courage

Vers la fin de l’amnésie des marques ?

Le billet de Bruno Donnet sur France Inter le 2 novembre dénonçait la nouvelle campagne de Carrefour imaginée par Publicis qui vante la nouvelle politique du groupe (Act for food) contre les pesticides quand celui-ci a largement contribué par le passé à les encourager, voire à nous les intuber de force. Bruno Donnet nous interroge sur un aspect de notre métier devenu fondamental à l’ère où tout est enregistré, gravé et tracé: la publicité peut-elle être encore un objet niant la mémoire ?

Lire la suite si tu as le courage

je t’aime où un truc dans le genre.

merci

©2024 Les Cyclistes