Parler des autres ou parler de soi

C’est l’histoire de deux filles, Audrey et Lucie, la trentaine, qui partagent une collocation. Un soir, elles s’apprêtent toutes les deux à se rendre à un dîner galant. Elles se préparent, se bichonnent et les voilà bientôt toutes deux tirées à quatre épingles, belles comme le jour, prêtes pour le grand soir. Au moment de sortir, elles se souhaitent bonne chance et comme cela va sans dire, se promettent de tout se raconter, se donnant rendez-vous au petit déjeuner pour un débrief en bonne et due forme. Le lendemain, Audrey qui s’est levée la première, interroge son amie. La pauvre Lucie est visiblement très déçue. L’homme avec qui elle a passé la soirée s’est révélé très ennuyeux. Il a parlé sans cesse de son travail, de sa carrière fulgurante, de sa voiture, de ses amis et des sports extrêmes dont il raffole. C’est à peine s’il lui a demandé ce qu’elle faisait dans la vie. Lucie s’est profondément ennuyée et la plastique plutôt avantageuse du jeune homme n’a pas suffi à la faire chavirer. D’ailleurs à la fin du dîner, elle ne le trouvait plus si beau que ça. Audrey au contraire est enchantée de son dîner. L’homme qui l’a invitée lui a beaucoup plu. Il lui a posé des tas de questions, riait quand elle parlait de sa famille. Elle avait l’impression qu’il adorait déjà sa mère. Il buvait ses paroles quand elle racontait son travail, ne manquant pas au passage de souligner les qualités dont elle devait faire preuve pour un tel poste. En outre, il s’est enthousiasmé quand elle a décrit par le menu sa passion pour les sports de plein air. Et pour finir il lui a raconté des histoires formidables. Bref, elle a passé une soirée de rêve et elle est impatiente de le revoir. Elle conclut en disant qu’il a un charme indéniable même si cela ne se voit pas de prime abord.

La morale de l’histoire est simple. Nous sommes tous comme Audrey et Lucie, nous préférons les gens qui nous portent de l’intérêt à ceux qui ne semblent s’intéresser qu’à eux mêmes. Parler de vous et vous apparaîtrez ennuyeux, arrogant, égocentrique voire mal élevé. Et vous finirez même par être moche. Parlez des autres, écoutez et racontez des histoires et vous serez le plus merveilleux des interlocuteurs sans compter que vous apparaîtrez beau comme un cœur.

Si on applique cette règle infaillible pour la nature humaine, à la publicité, à la communication, au marketing, cela veut-il dire qu’il est préférable de parler des gens, de leurs vies, de ce qu’ils aiment plutôt que de s’égosiller à vanter les mérites de nos produits et de leurs performances? Cela signifie-t-il qu’il est préférable de raconter des histoires formidables plutôt que de démontrer combien on est fort, meilleur que les autres ? Je ne sais pas ce que vous en pensez mais, personnellement j’ai ma petite idée sur la réponse à ces questions.

Partager

autres articles

Vive l’horizontalité

Vive l’horizontalité !  Tous à l’horizontale ! Non, je vous rassure, ce cri du cœur, cet élan à se retrouver toutes et tous dans cette position qui s’oppose à la verticalité, n’est ni un appel à la débauche, ni un encouragement au farniente. Rien à voir avec le fait de se vautrer dans un hamac ou sur un canapé seul ou à plusieurs. Il n’est ici question que d’horizontalité au travail ou plus exactement dans l’organisation du travail.

Lire la suite si tu as le courage

J’aime pas la publicité émotionnelle

En bon vieux publicitaire que je suis, je sais que je devrais aimer cela. Je sais que je devrais fondre devant les spots hyper émotionnels d’Intermarché, de Monoprix ou encore de Cailler, Nutella… Et je vous jure que j’ai essayé.

Lire la suite si tu as le courage

je t’aime où un truc dans le genre.

merci

©2022 Les Cyclistes